vendredi 4 avril 2014

10 - Comment laver trois fois ce qui n'avait pas besoin d'être lavé

Mon chum n'est pas vraiment doué pour les tâches ménagères.
Il n'aime pas cuisiner, c'est un maniaque du désordre (oui, y a des maniaques du désordre, j'en parlerai dans un autre billet), et il est un peu flemmard sur les bords quand il s'agit de ménage. Par contre, quand il le fait, il ne le fait pas à moitié - mais les résultats ne sont pas toujours probants...

Hier, le chien a eu la merveilleuse idée de s'échapper au sous-sol. Du coup, mon chum a décidé de nettoyer le tapis sur lequel il aime se coucher (le chien, pas le chum) « des fois que ». Mais comme faire une machine pour un seul tapis devait le chicotter un peu, il m'a demandé s'il pouvait prendre les torchons de la cuisine. Euh, non. (Tu ne veux pas laver ton linge avec les machins du chien, mais les torchons avec lesquels j’essuie la vaisselle dans laquelle tu manges, c'est ok?!).
Donc il a pris la serviette à mains de la salle de bain pour l'ajouter...

Sauf que:
1 - vu la taille de la serviette, ce n'est pas vraiment ça qui rentabilisait sa machine
2 - la serviette était propre de la veille, je l'y avais mise moi-même après qu'il avait enlevé l'ancienne pour combler un autre lavage...
3 - comme à son habitude, il n'avait pas mis de serviette propre, donc c'est au moment de m'essuyer les mains, que j'ai constaté, double sujet de ravissement, que la serviette n'était plus là parce qu'elle avait été lavée avec le tapis du chien
4 - le tapis (rouge) déteint

Je me suis donc retrouvée avec une serviette propre d'une couleur plus que douteuse - genre ça fait trois mois que je moisis dans un coin.
Que j'ai du faire tremper toute la nuit dans un mélange javellisé pour qu'elle retrouve l'allure d'une serviette fréquentable puis relaver pour qu'elle retrouve une odeur fréquentable.

Pour la rentabilisation du lavage, on repassera.

1 commentaire: